• Laurena Fineus

Conclusion: When angels speak about love | Quand les anges nous parlent d'amour - Laurena Fineus

[Le français suit]


I would like to thank the team at the Gathered Gallery for the opportunity to share a bit more about me and my process in the past 4 weeks on their digital platform. I have learned a lot about my own emerging practice through my mural project and what it means to activate a public space. I hope these reflections and findings have helped anyone that has been silently following along even though I took a more informal approach to sharing and being French makes it hard for me to properly share my thoughts in English at times. For this last week of residency, I will share the more eclectic nature of my routine which is composed of a variety of projects at the moment but also my thoughts on the past months following the outbreak.


Last week, I was able to offer a workshop for an online summer camp offered by the Ottawa Art Gallery, OAG At Home. The workshop centered around Caribbean and Haitian Carnival culture and how to re-imagine a personal archive/image of a family member or themselves using collage and painting techniques. I was met with a range of wonderful young artists which made me feel more inspired to keep working on community involved projects. I had been particularly craving this type of connection and it was a beautiful day even though it took place via Zoom instead of in-person. The kids were eager to learn about this rich history and looked at the photos of Kanaval masquerades and costumes with their bright open eyes.


On the other hand, another project of mine has been working on getting new prints out. I had a selection of digital art prints available a few years ago, but I wanted to update what I had available with current works of my traditional work. Also, with a higher quality of paper so they can become valuable collectibles for the buyers. In an effort to keep my practice accessible to my community and target audience - the Haitian diaspora which also includes the BIPOC community at large. I am happy to finally get started on this work and I hope I will get those out there in late fall. This venture led me to contact a local fine arts printing business in Ottawa - Shoebox Studio. I got to see a few samples of paper reproductions for prints and my consultation was lovely in every sense. Cannot wait to put these out for you all to see!


Also, I have been working on commissions for the past week and re-familiarizing myself with older projects of mine, I had to put aside in preparation for the mural this month. That includes work for an exhibition I will be having next summer. Considering I haven't signed the contract yet, I just received the confirmation email a few weeks ago, I can't divulge too many details but it is a project I am extremely excited to dive into this fall. I also graduated from my Bachelor in Fine Arts this year and sadly our exhibition had to move to an online format. Which means all the work I had started at the beginning of last year was left on-hold in March. I have been trying to find the right mental space to get working again on these unfinished works because they now have such a heavy past. I think many artists can agree with me that the quarantine wasn't only a time of production but rather a time of healing. This offered me the space to look back at my original ways that were completely dismissive of my mental health. I would schedule no time for me personally but pack my schedule with constant studio time, work or school. It's the constant need to have to prove yourself to your family and friends because of choosing a path in the arts - especially as a second generation immigrant. There was always this pressure for me to seem confident about the future even when I was not or I failed my mother and grandmother. This fear was my drive in the past four years of my undergraduate degree. I think this speaks for many other independent emerging artist of color in Canada and elsewhere. There is definitely an ease some of my white counterparts had as undergraduates in a fine arts program I couldn't see myself indulging into.


I am working on a few proposals including grants and but also collaborations with other recent BIPOC fine arts graduates. I think in these times coming together to strategize for a better future is important especially in our own circles. I have been thinking a lot about the future of arts education in higher institutions now that the pandemic changed a lot of the core values of art school (BFA's and MFA'S). I had the opportunity to learn so much by speaking one on one in-person with my teachers and interact in a shared studio space with other young artists. A lot of that camaraderie and all the tools offered on-site from the school are temporarily gone for these students. Now as a young black woman artist in Canada, I knew my only way into the art world would be through a higher education. It is the only way a lot of higher ranked folks in the industry will even bother looking your way. I am worried for those coming after me in this new system and I hope the world will not develop a bias against these emerging talents. I send my heart and love to all of them. Because I cannot imagine the fear they are experiencing for their futures. I just know this will make them one of the most hardworking and strong graduate class art has seen in a long time.


Now I know the pandemic came in full force and completely changed critically the art world. Especially towards black artists in light of the George Floyd murder - which probably would not have gained so much momentum if it wasn't for the quarantine. This week alone, I read about the amazing news that a black women led collective in Ottawa, Full Femme received a $8,000 grant to conduct workshops for black youth (18-30) in Ottawa. This sadly would not have happened just a few months ago, if it wasn't for all that this pandemic left us reflecting upon. It unveiled many of the gaps that have been present in our society and the amount of work that has to be done for a truly inclusive art world in Canada. Gaps many were too comfortable to leave in the dark. My personal journey has recently led me to work temporarily as an arts administrator. It really opened my eyes on the lack of outreach work done in certain institutions to underrepresented communities and young artists of color. But I am glad to be working with like-minded folks that are actively trying to break those barriers. I can say many BIPOC organizations have worked towards filling this gap but were always met with little support from bigger players. I think this trend in promoting accountability from all sides will benefit the growth of the cultural sector and hopefully in a few years we will see more BIPOC leadership in these white elitist spaces. That would be the real start of change and the indicator of deep institutional shifts.


I hope artists of color in Canada won't feel the need to migrate/move to bigger cities and cultural hubs such as Toronto or Montreal to have a chance to be recognized in the future. Not everyone can afford rent in the GTA, Vancouver, or speak french if they decide to go to Montreal. Which is why I am thrilled to see some institutions in Ottawa and other smaller cities across the country revising their mandates and missions for it to include all of their communities. People are getting hired, board of directors are being criticized, panels are happening, even data research is being compiled. For example, just a month into the pandemic a widely circulated spreadsheet by Palestinian artist Ibrahim Abusitta showing the low representation of artists in the Toronto Commercial galleries left many puzzled and angry. Toronto is known as this multicultural city with a high BIPOC community, which leaves institutions with little excuses to why these numbers are so low. This work was then done in Ottawa with some of our local commercial galleries and the results were of course worse. Not that it was a surprise, but seeing it in numbers was just sad. But for me it is like watching a small revolution take place and I admire every person that has come forward or will come forward to talk about their experience in the arts. This work as been long on-going but now it's being put at the forefront. We want change and we want it now.


If you have yet to notice each title of my blog posts have been chapters from Bell Hook's work, ''All about love'', which is where I found a lot of peace when times were uncertain at the beginning of the pandemic. But also I created my mural based on this reading and what it taught me. I have received a lot of love recently from multiple unlikely places, which made me realize that a lot of folks are sitting with a heavy conscience. My only advice to any allies reading this is to keep building these bridges. We are beyond the stages of discussions or simply inviting people at the table. Enabling more opportunities for young black artists even when the world is not going to be in a state of civil unrest in a few months will be key for us to move forward. Because in these times of precarity we need to move forward as a unit.


On that note, thank you for following me in this short but fulfilling journey. If you'd like to continue following my work I can be found on all socials (Instagram and Facebook) : @lvurena


Website: https://www.lvurena.com


Feel free to reach out if you have any questions or inquiries!


With love,


Laurena Finéus


Je tiens à remercier l'équipe de la Gathered Gallery pour l'opportunité de partager un peu plus sur moi et mon processus au cours des 4 dernières semaines sur leur plateforme numérique. J'ai beaucoup appris sur ma propre pratique à travers ma mural et comment activer un espace public. J'espère que ces réflexions auront aidé quiconque qui on suivit ses articles au cours du mois. Pour cette dernière semaine de résidence, je partagerai le caractère plus éclectique de ma routine qui se compose d'une variété de projets mais aussi mes réflexions sur les derniers mois durant l'épidémie. Premièrement, la semaine dernière j'ai pu offrir un atelier pour un camp d'été en ligne par la Galerie d'art d'Ottawa. L'atelier était centré autour de la culture du carnaval dans les Caraïbes et à Haïti. Les enfants devaient ré-imaginer une archive donc une image personnelle d'un membre de leur famille ou eux-mêmes en utilisant des techniques de collage ainsi que de peinture. J'ai été époustouflée par le talent merveilleux de ses jeunes artistes qui m'ont donné envie de continuer à travailler sur plus de projet communautaire. J'avais particulièrement envie de ce type de connexion pure et c'était une belle journée même si ca la dut prendre forme via Zoom. D'un autre côté, je travaille sur une nouvelle série d'impressions à vendre. J'avais une sélection de tirages disponibles il y a quelques années. Mais je voulais mettre à jour ce que j'avais à disposition avec mes œuvres traditionnelles actuelles. D'autant plus qu'ils auront une qualité supérieure afin qu'ils puissent devenir des objets de collection pour les futurs acheteurs. C'est dans un effort pour garder ma pratique accessible à ma communauté et à mon public cible - la diaspora haïtienne qui comprend également la communauté racisé dans son ensemble. Je suis heureuse de pouvoir enfin commencer ce travail important que j'ai dut laissé de côté pour un moment. Cela m'a amené à contacter un business locale d'impression des beaux-arts à Ottawa , Shoebox Studio. J'ai pu voir quelques échantillons de reproductions sur papier et ma consultation a été plus qu'agréable dans tous les sens du terme. J'ai hâte de pouvoir les présenter pour que vous les voyiez tous!


De plus, je travaille sur des commandes depuis une semaine et je me suis re-familiarisé avec mes anciens projets que j'avais dû mettre de côté en préparation pour la murale . Cela inclut des oeuvres commencés pour une exposition que j'aurai l'été prochain. Étant donné que je n'ai pas encore signé le contrat et que j'ai reçu l'e-mail de confirmation il n'y a que quelques semaines. Je ne peux pas divulguer trop de détails mais c'est un projet que je suis extrêmement excité de me travailler dessus cet automne. D'un autre côté, j'ai également obtenu mon baccalauréat en beaux-arts cette année et malheureusement, notre exposition a dû passer à un format en ligne. Donc, tout le travail que j'avais commencé au début de l'année dernière a été laissé en suspens en mars. Depuis, j'essaye de trouver le bon espace mental pour recommencer à travailler sur ces œuvres inachevées parce qu'elles ont maintenant un passé si lourd à cause de l'impact du COVID-19. Je pense que de nombreux artistes peuvent convenir avec moi que la quarantaine n'était pas seulement une période de production mais aussi une période de guérison. Cela m'a offert l'espace pour revenir sur mes mauvaises habitudes d'avant la pandémie qui ignoraient complètement ma santé mentale. Ceci transpire au travers du besoin constant de faire mes preuves auprès de ma famille et de mes amis en particulier en tant qu'immigrante de deuxième génération. Il y a toujours eu cette pression pour moi de travailler trois fois plus dure ou d'échouer ma mère et ma grand-mère qui ont travaillé dur pour immigrer ici. Ce sentiment étouffant explique ma motivation au cours des quatre dernières années de mon baccalauréat . Je pense que cela parle pour de nombreux autres artistes de la relève racisé and Canada et ailleurs. Il y a certainement une aise que certains de mes collègues blancs avaient en tant qu'étudiants de premier cycle dans un programme de beaux-arts que je ne pouvais pas partager.


J'ai travaillé sur quelques propositions, y compris des subventions et des collaborations avec d'autres récents diplômés en beaux-arts. Je pense qu'en ces temps difficiles il est important de se réunir et d'élaborer des stratégies pour un meilleur avenir en particulier dans nos propres cercles. Je sais que la pandémie est arrivée en force et a complètement changé la perspective du monde de l'art. Surtout envers les artistes noirs à la lumière du meurtre de George Floyd qui n'aurait probablement pas été pris si sérieusement sans la quarantaine. Par exemple, cette semaine j'ai appris une incroyable nouvelle un collectif artistique dirigé par des femmes noires à Ottawa, Full Femme, a reçu une subvention de 8 000 $ pour animer des ateliers pour des jeunes artistes noirs (18-30 ans) à Ottawa. Cela ne se serait malheureusement pas produit il y a quelques mois à peine, si ce n’était pour tout ce que cette pandémie nous a laissé.Celle-ci a finalement dévoilé un bon nombre des lacunes qui existent dans notre société et la quantité de travail qui doit être faite pour un monde d'art réellement inclusif . Mon parcours personnel m'a récemment conduit à travailler en tant qu'administratrice des arts. Cela m'a vraiment ouvert les yeux sur le manque de travail d'inclusion effectué dans certaines institutions auprès de communautés sous-représentées et de jeunes artistes de couleur. Mais je suis heureuse de travailler avec des personnes partageant les mêmes idées qui essaient activement de briser ces barrières. Je peux dire que de nombreuses organisations conduite par des personnes de couleurs ont travaille fort pour combler cette lacune. Mais ils sont toujours reçu avec peu de soutien de la part des plus grands acteurs de notre écosystème social . Je pense que cette nouvelle tendance à promouvoir la prise de responsabilité de toutes parts profitera à la croissance du secteur culturel et j'espère que dans quelques années nous verrons plus de leadership par des individus racisés dans ces espaces élitistes blancs. À mon avis, ce serait là le véritable début d'un changement profonds institutionnels.


J'espère que dans ce futur prochain, les artistes de couleur au Canada ne ressentiront plus le besoin de migrer / déménager dans de plus grandes villes et des centres culturels comme Toronto ou Montréal pour avoir une chance d'être reconnus par d'autres qui leur ressemblent. Tout le monde n'a pas les moyens de se payer un loyer dans la région de Toronto, Vancouver ou même l'habileté de parler français s'il décide d'aller à Montréal. C'est pourquoi je suis ravie de voir certaines institutions à Ottawa et dans d'autres petites villes du pays réviser leurs mandats et leurs missions afin d'inclure toute leur communauté. Cette révolution prend place sous nos yeux : des gens sont embauchés, des conseil d'administration sont en cours de révision critique, des panels ont été créer et même une nouvelle recherche de données est en cours . Par exemple, juste un mois après le début de la pandémie une feuille de donnée largement circulez par l'artiste palestinien, Ibrahim Abusitta montre la faible représentation des artistes noires dans les galeries commerciales de Toronto. Ceci a laissé de nombreuses personnes perplexes et vraisemblablement en colère. Toronto est reconnue en tant que ville multiculturelle avec une des plus haute communauté immigrantes dans le monde ce qui laisse ses institutions artistiques sans aucune excuse pour expliquer pourquoi ces chiffres sont si bas. Ce même travail de données a ensuite été fait à Ottawa avec certaines de nos galeries commerciales locales et les résultats étaient bien sûr pires. Ce n'était pas une surprise, mais le voir en chiffre était pénible. Si vous n'avez pas encore remarqué, chaque titre de mes articles de blog sont des chapitres du travail de Bell Hook, «Tout sur l'amour». C'est dans ce livre que j'ai trouvé beaucoup de paix lorsque les temps étaient incertains au début de la pandémie. Mais aussi j'ai créé ma murale à partir de cette lecture et de ce qu'elle m'a appris. J'ai récemment reçu beaucoup d'amour de plusieurs endroits. Ce qui m'a fait réaliser que beaucoup de gens ont une conscience et le coeur lourd. Mon seul conseil à tous les alliés qui liront ceci est de continuer à construire ces ponts. Nous sommes au-delà des étapes de discussions et d'écoute. Il est primordial d'offrir plus d'opportunités aux jeunes artistes noirs même lorsque le monde ne sera pas en état de troubles civils. Ce sera essentiel pour que nous puissions avancer ensemble vers ce futur incertains.


Sur ce point, merci de m'avoir suivi au cours du dernier mois . Si vous souhaitez continuer à suivre mon travail, je peux être trouvé sur tous les réseaux sociaux (Instagram et Facebook): @lvurena Mon site web: www.lvurena.ca N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions!


Amicalement,


Laurena Finéus